Député de la 1ère circonscription du Rhône, Conseiller métropolitain de Lyon

Député de la première circonscription du Rhône Conseiller métropolitain de Lyon

Soutien aux forces de l’ordre victimes d’agressions

A l'Assemblée Nationale

J’étais présent mercredi 19 mai aux côtés du Ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, de nombreux députés et citoyens pour soutenir nos forces de l'ordre à l'occasion de l’importante manifestation de policiers qui s’est tenue devant l'Assemblée Nationale. Deux policiers ont été assassinés ces dernières semaines : Stéphanie Monfermé victime d’un attentat terroriste à Rambouillet et Eric Masson tué en pleine intervention à Avignon. Au-delà de ces terribles drames, les forces de l'ordre sont la cible d'un nombre grandissant d'agressions : mardi soir encore des policiers municipaux étaient percutés dans le 7e arrondissement de Lyon,  c'est intolérable !

Face à cela, notre majorité parlementaire a adopté dans l’hémicycle le projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire qui contient des mécanismes intransigeants vis-à-vis des agresseurs.

Nous avons en effet prévu un régime de réduction de peine plus strict pour les condamnés à la suite de violences commises à l'encontre d'un détenteur de l'autorité publique. Les agresseurs de forces de l’ordre ne pourront plus bénéficier des trois mois de réduction de peine prévus automatiquement en l'absence de mauvaise conduite. Cette mesure, que nous avions déjà introduite dans la loi sécurité globale et qui avait été repoussée par les sénateurs, répond à la nécessité impérieuse de voir les condamnations appliquées pour réparer le préjudice subi par les forces de l’ordre agressées.  

Le Premier Ministre Jean Castex l’avait annoncé devant les syndicats de policiers, le Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti l’a concrétisé : nous avons voté un durcissement de la condamnation à perpétuité pour le meurtre d’un policier, portée de 22 à 30 ans de réclusion. Par ailleurs, le rappel à la loi, alternative très utilisée aux poursuites judiciaires, sera supprimé pour être remplacé systématiquement par des travaux d'intérêt général ou des amendes forfaitaires. Le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est félicité de cette abrogation, affirmant très justement que « la loi ne doit pas être rappelée mais appliquée ».

L’ensemble de ce dispositif confirme notre engagement massif en faveur de la sécurité des Français, avec pour rappel un effort inédit de recrutement de 10 000 policiers et gendarmes d’ici l’année prochaine, et un investissement de 75 millions d’euros pour renouveler leur parc automobile.

C'est ce que nous devons à ceux qui nous protègent au quotidien.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.