Député de la 1ère circonscription du Rhône, Conseiller métropolitain de Lyon

Député de la première circonscription du Rhône Conseiller métropolitain de Lyon

J'ai voté pour le passe vaccinal


Cette première semaine de l'année 2022 a été marquée par l'examen à l'Assemblée du projet de loi instaurant un passe vaccinal. J'ai voté en faveur de ce texte que je considère nécessaire pour faire face à la vague épidémique sans précédent provoquée par le variant Omicron.  

Ce projet de loi transforme le passe sanitaire en passe vaccinal autour du 17 janvier 2022 pour l’accès aux activités de loisirs, restaurants et débits de boisson, transports inter-régionaux, foires et salons professionnels. Le passe sanitaire est maintenu en l’état concernant l’accès aux établissements de santé et médico-sociaux pour les visiteurs et les soins non-urgents. La lutte contre la fraude est renforcée avec une amende forfaitaire de 1 000€, contre 135€ auparavant. Les personnes chargées de contrôler la présentation du passe seront par ailleurs autorisées à contrôler l’identité du détenteur en cas de doute. 

Voilà déjà 2 ans maintenant que nous avons appris à vivre avec ce virus, initialement avec un confinement strict et des fermetures administratives face au caractère inédit de cette pandémie, et aujourd’hui avec une certaine liberté retrouvée grâce à la vaccination massive des Français. Ma priorité en tant que député de la majorité, c’est celle du gouvernement : sauver des vies et soulager la charge de travail de nos soignants. Face au raz de marée vertigineux de la vague Omicron, avec deux Français diagnostiqués positifs chaque seconde, nous devons prendre les mesures qui s’imposent en responsabilité, sans gaité de cœur, pendant la durée strictement nécessaire. Ces mesures nous évitent un nouveau confinement, qui aurait un impact social, psychologique et économique dramatique pour la France. 

Les personnes non-vaccinées occupent aujourd’hui 70%, et plus selon les régions, des lits de réanimation à l’hôpital. Et toutes les personnes vaccinées en réanimation sont atteintes de comorbidités ou très âgées ! Avec trois quarts des Français disposant d’un schéma vaccinal complet, et une lassitude généralisée face à cette crise qui dure, nous avons décidé de faire peser les contraintes sur les non-vaccinés réfractaires. Il est difficilement acceptable de devoir déprogrammer des opérations chirurgicales pour prendre en charge ces patients covid qui affluent dans nos hôpitaux.

Je tiens par ailleurs à dénoncer le climat délétère qui règne actuellement. J’ai reçu à titre personnel des menaces de mort. Un collègue député a eu son garage incendié, un autre vient d'être lynché publiquement. Cette hystérisation du débat est regrettable et j’en appelle à chacun de faire preuve de mesure au sujet du passe vaccinal qui est je le rappelle un outil de sécurité sanitaire pour la santé de tous, loin de tout ce que certaines sphères complotistes peuvent alléguer. Il est de notre responsabilité en tant qu'élus de prendre des décisions difficiles dans l'intérêt général. A ce titre, je considère que les manoeuvres politiciennes auxquelles se sont adonnées les oppositions, particulièrement la France Insoumise et les Républicains, en faisant obstruction au projet de loi, ne sont pas à la hauteur de la grave crise que nous traversons.

Rémi Salomon, président de la commission médicale de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, affirmait la semaine dernière : « si tout le monde était vacciné, il n’y aurait pas de crise sanitaire ». Je ne peux donc qu'encourager les personnes non-vaccinées à prendre rendez-vous dans un centre de vaccination pour retrouver une vie normale au bénéfice de l’ensemble de la population.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.